Remove this ad

Lead

Feb 27 15 11:42 PM

Tags : :

Voici le topic correspondant à la prépublication dans le Spirouimage

ATTENTION ! Ce topic peut contenir des spoils sur le tome 7 des Nombrils!

Last Edited By: Nikkifictivcorp Feb 28 15 3:32 AM. Edited 1 time

Quote    Reply   
Remove this ad
Remove this ad

#2 [url]

Feb 28 15 6:53 AM

Bon ben me voilà.

L'aspect du forum n'est pas très convivial pour l'instant, c'est vrai, mais avoir plusieurs sections et sujets au lieu d'un sera avantageux à termes.

Quote    Reply   

#3 [url]

Feb 28 15 10:20 AM

Campanita wrote:
Bon ben me voilà.

L'aspect du forum n'est pas très convivial pour l'instant, c'est vrai, mais avoir plusieurs sections et sujets au lieu d'un sera avantageux à termes.

Certes, pour l'instant l'aspect du forum n'est pas super convivial, je fais mon possible pour lui donner un meilleur aspect, mais comme il va falloir faire des images sur mesures, cela va prendre du temps ;)

Quote    Reply   

#4 [url]

Mar 1 15 1:07 PM

Oh, mais je ne disais pas ça pour reprocher l'aspect actuel du forum. Je sais bien qu'il est récemment créé et qu'il y a énormément de travail à faire. D'ailleurs, si je peux aider en quoi que ce soit.... J'étais très occupée ces quatre derniers jours, mais maintenant, j'ai un peu plus de temps !

Quote    Reply   

#5 [url]

Mar 1 15 1:26 PM

Pour le côté esthétique, je pense que j'arriverais à me débrouiller, t'inquiètes pas ;) c'est moins compliqué que ce que je pensais.

Je suis aller chercher les autres anciens membres du forum ( Bouliguie, Gangille, bdmaniac, Francis, 007) et donc ils devraient peut-être revenir :) . Enfin, j'ai aussi prévenu le FB des Nombrils du projet (j'espère avoir atteint Geekette en passant par là), peut-être que l'on aura en même temps de nouvelles têtes :)

Pour en revenir aux Nombrils,
La révélation donnée par le 4011 pourrait changer la face de l'univers!
Jenny qui possède des neurones, on ne s'y attendait pas !

Quote    Reply   

#9 [url]

Mar 1 15 1:55 PM

Ah, c'est bon, j'utilisais pas la bonne méthode pour accéder à la dernière page :p (je devrais mettre en marche les smileys moi)

Donc, on s'était arrêté sur l'arrivé de Geekette et les trolls de Gangille et de Francis:
image
image

Quote    Reply   

#10 [url]

Mar 2 15 1:26 AM

Ouh là, y'a un truc qui déconne avec la balise lien, mais je ne peux pas éditer mon propre message...

Quote    Reply   
Remove this ad

#11 [url]

Mar 2 15 1:55 AM

Campanita wrote:
Ouh là, y'a un truc qui déconne avec la balise lien, mais je ne peux pas éditer mon propre message...

C'est bizarre que tu puisses pas éditer tes propres messages Je verrais d'où vient le problème...

Moi pour les neurones représentant les émotions, ça m'a plutôt rappelé le dernier film de Pixar "Vice Versa":
[url=

Les codes n'ont pas l'air d'être super- bien optimisé, et ça je peux pas y faire grand-chose
 

Last Edited By: Nikkifictivcorp Mar 2 15 1:58 AM. Edited 1 time.

Quote    Reply   

#14 [url]

Mar 2 15 10:01 AM

Je n'ai toujours pas compris pourquoi je ne peux pas éditer ce message (et uniquement celui-là) alors je le supprime et je le reposte. Pour les liens, pour l'instant, le mieux, c'est d'aller dans le code source et de corriger ce qui ne va pas.

Je recopie mes commentaires de chaque numéro. Le dernier est inédit, je n'avais pas eu le temps de le publier avant la fermeture.

image

4006
(4 planches)

Alors, on va commencer par mettre la musique appropriée pour se mettre dans le mood: en avant la pop bubblegum et les paroles malsaines que je ne comprenais pas quand j’avais dix ans.

Départ en fanfare dans le quartier bourge de Nombrilopolis, le temps est radieux, c’est la fin de l’été (colchiques dans les prééééés). Pourtant, ça sent déjà le gaz, et une fumée s’élève par-dessus la banlieue à la Wysteria Lane où habite une de nos trois inénarrables cocottes: barbecue time ! Sans le savoir, les parents de Vicky insultent de manière détournée ce cher Vinko en étalant autant de viande grillée. Will et Kate sont en plein exercice de ce qu’ils font le mieux : frimer, se vanter, se faire mousser, enfin bref. Au milieu de cette agréable fête de quartier (ouais, ben je préfère celle de mon quartier, parce que nous, on boit de la Couille de Singe, alors que chez eux, je parie qu’il n’y en a pas, na !), Barbie et Ken se pavanent en roi et reine de la bassecour. Petit jeu : sur toutes les personnes présentes, combien sont homophobes à votre avis ? La réponse dans la suite du tome ! Notez l’hypocrisie patentée des voisines qui vilipendent les nouveaux Brangelina locaux avant de se pâmer devant eux comme des pintades.

Hypocrisie qui n’a d’égale que celles des géniteurs de Vicky qui parlent d’elle comme de la huitième merveille du monde après lui avoir ressassé qu’elle était une déception durant des années. J’étais en train de me faire la réflexion que ces individus snobs étaient ce que de par chez moi on appelle des « prout-prout » quand Mégane intervient pour justement parler de flatulences. Les grands esprits se rencontrent ! cool Notre punkette décide de quitter ce climat méthanoïde et comme je la comprends ! Sa propre mère, nommée Allison (c'est ma copine à moooooiiii) serait bien capable de décoller jusqu’à la stratosphère. Je le disais bien que ça sentait le gaz … Ça, ils peuvent se la raconter autant qu'ils veulent, je n'ai qu'une chose à leur dire:

image

Et voilà qu’une théorie de Nikkicorp semble sur le point de se réaliser : Allison veut que Vicky fréquente sa fille histoire de l’influencer en bien (laul). La réaction de Will et Kate laisse songeur quant à l’opinion qu’ils ont de notre adorable petite Meg. Mais la palme de la faux-cul, c’est Vicky elle-même qui la chope : jouer à la fille mature et altruiste devant les adultes alors qu’elle ne songe qu’à enfoncer sa sœur, c’est juste digne de Mélanie ! Mention spéciale pour la grimace épique.

Sans transition, nous nous téléportons au zoo où un couple de bonobos (c’est une espèce de singes, rien à voir avec Bono) se donne en spectacle en se bouffant mutuellement la glotte dans un tourbillon de salive digne d’un Lavomatic. image

Non, mais arrêtez tout de suite vos trucs dégueus, ou je me fâche !

image

Nous faisons alors d’incroyables découvertes : Jenny sait compter au-delà de six, Jean-Francky sait lire, et a un pote prénommé Joe. Après de touchants adieux, les tourtereaux se quittent et Jenny se retrouve seule, ne remarquant même pas la présence de Marc et Maryse, ni de la geekette à lunettes. S’en suit une scène qui a fait exploser mon thermomètre de choupikawaitude : elle va retrouver son bouche-trou d’amour, âââw !

Toujours sans transition, nous passons à présent aux Albinos dans leur QG encore plus bordélique que l’accoutumée, en train de répéter pour la énième fois le même passage de la même chanson (ça doit être vachement compliqué !). Chantant joyeusement telle Nayru dans la forêt de Labrynna, nous retrouvons Karine fraiche comme une rose, Gary et Albator frais comme des gardons, et Albin frais comme Sirius Black après son séjour de douze ans à Azkaban. Définitivement en mode «Punishment Park», il vocalise son cafard, plus blafard que jamais, le regard paumé, et fringué comme un barakie (je kiffe particulièrement les charentaises de grand-père). Vraiment, il se fait dévorer par le désespoir…

image

Karineke essaie bien de lui remonter le moral en tapant dans ses mains (ça marche pour la fée Clochette) et en lui caressant la tête (je savais bien qu’Albin était un petit chat !), ce qui est également hyper-minouche, ce petit moment de tendresse…Mais rien y fait, et elle déprime de concert avec lui. Autant d’idées noires, ça va finir par trouer le sol et creuser un puits jusqu’au noyau terrestre.

Aussi je suggère chanson pour reprendre courage. Allez, de l’énergie, hop hop hop !

À bientôt pour le prochain épisode...





4007 (1 planche)

Pour commencer, la musique à écouter pour être en condition. En résumer, c’est l’histoire d’Albin qui se fait démonter à coup de high-kick dans la gueule par son propre côté sombre.

Et donc, nous retrouvons le groupe, écrémé du bassiste à moitié dingue et du chanteur à moitié mort, dans le bureau de leur nouveau producteur, bureau rempli de trophées pour bien montrer que c’est un winner, le mec. Et donc, se confirme la théorie comme quoi cet hurluberlu était bien le nouveau prod. Alors, je ne sais pas si c’est son look ou son comportement qui désarçonne autant Karine, Gary et Albator, mais diantre, à eux trois, ils arrivent presque à avoir la conversation d’une personne entière…

L’intriguant individu a quant à lui plein de chouettes idées, bien que celles-ci se déclinent en deux parfums : le sarcasme et l’enthousiasme flippant. Au passage, merci pour les scènes que j’ai imaginées grâce à lui : Albin en train de tailler ses lauriers roses, et Albin en train de réaliser une poupée à son effigie au crochet (il pourra toujours faire du vaudou avec, vu qu'il est en mode auto-destruction). Quoi ? On ne se moque pas ! Moi je tricote au crochet, non ce n’est pas ringard ! (Si ?)

Une autre de mes théories se confirme (pas une théorie dont j’avais parlé ici, mais dans Miss Vitriol) : on tient l’idée que l’affaire Vinko agisse comme un coup de pub pour le groupe. Cela dit, je pense que Vinko est moins effrayant que la tête du producteur au moment où il assène sa stratégie. Après que Gary ait tenté de préciser qu’il n’était pas aussi bête qu’il avait l’air, le nouveau caporal-chef propose une tournée nationale à ses petits soldats (et une tournée générale à ses frais, ça lui dit?). Ouais, mais pour ça, il faut demander son avis au moribond. Et là, c’est la cata, Albin balance un « non » qui vient s’écraser à la figure de ses comparses tel un pancake lancé sur le mur.

image
C’est horrible de se faire dérouiller par soi-même.

Le trio essaye bien de le secouer. Mais rien. Nada. Niente. Un ange passe (à moins que ça ne soit Allison propulsée par ses pets). Allez, Albin ! Tout finira par s’arranger, allez… Moi je dis, après un « Game Over », il y a toujours un « Continue » !

Mais entretemps, l’heure est grave ! Les Albinos ont vraiment besoin d’un nouveau membre, si possible quelqu’un ayant un tempérament de meneur, et de suffisamment motivé pour être « Albin par intérim », le temps que celui-ci retrouve sa joie de vivre.

Mégaaaane, on t’appeeeelle !

Aussi, si Mégane et Vicky sont obligées de trainer ensemble par leurs parents, c’est sans doute de cette manière que Mégane va rencontrer Karine et entendre parler du groupe (ou alors, elle aura lu le journal comme tout le monde). Par contre, j’ai un conseil pour elle concernant Jenny : «Ne la fixe pas trop longtemps dans les yeux, Meg. Sinon ton énergie vitale va être aspirée par le trou noir qui lui tient lieu de cerveau!»



4008 (1 planche)

C’est mercredi, c’est le jour des macaronis, mais aussi d’acheter mon Spirou 4008 (faites comme si le t final ne se prononçait pas et vous aurez une rime parfaite…rhooo, j’aurais dû la sortir pour le 4006 celle-là !)

Bon bah, pour la musique de circonstances, ça a été un peu compliqué, mais puisque il est question de chalet, et que qui dit « chalet » dit « montagne », ceci me vient à l’esprit.

C’était ça ou le générique de Dans les Alpes avec Annette. Et puis, on peut très bien imaginer le neurone unique de Jenny chanter ça dans son crâne, profitant du bel écho qui y règne.

Mais trêve de bavardages. Voici notre rouquine à la tête bien aérée préférée cheminant vers l’école en compagnie de Hugo, tous deux discutant de tout et de rien comme les deux pioupious d’amour adorables qu’ils sont. La pluie, le beau temps, le dernier numéro de Gueurl Mag qui annonce le retour en force des Birkenschtok, que sais-je…Et de chalet. Enfin chat laid.

Ah je savais bien qu’il y aurait des chats tôt ou tard, c’est littéralement un rêve qui se réalise (puisque j’ai vraiment rêvé que je demandais à Dubuc et Delaf d’inclure des chats dans le tome 7) !

Mais revenons-en à nos mignons : ils vont donc retrouver après des vacances tumultueuses le microcosme tout aussi tumultueux de l’école, et c’est l’occasion d’apprécier la poésie et le lyrisme dont regorge le monde en observant les petits détails du décor : l’incroyable prouesse orthographique d’un tag de true rebelz sur le mur de l’enceinte, l’exquis de la mention « ta yeul » sur la casquette d’un gars, et surtout la nouvelle secte : le Yellow Finger Club, dont le but semble être de cracher ses bronches le plus de fois possible avant la sonnerie.

Après une saillie désopilante bien qu’involontaire sur les félins qui un jour domineront le monde, Jenny réalise avec effroi qu’elle est sur le point de ruiner sa réputation en se montrant en public avec Hugo. Surtout qu’il y a Karine à 11 h. Vite, elle le somme de se planquer et nous démontre ensuite les étendues de son génie mathématique (mais bon, faut être sympa, déjà qu’elle est parvenue à compter jusqu’à 7 dans la page 3, 100 ou 1000 faut pas pousser, laissez la progresser à son rythme la pauvre !)

image

Faisant comme si de rien était, elle rejoint sa cops Karine qui n’est évidemment pas dupe de la situation et semble même tirer un certain plaisir à la titiller à coup de sous-entendus. Le pire étant que Jenny pense que sa supercherie fonctionne pour de vrai. J’ai à peine le temps de réaliser que c’est la première fois que je vois la grande maigre et le petit gros dans la même case, et en interaction en plus, que la simplette de service parvient à se taper une crise de jalousie, basée sur une mécompréhension comme d’hab.

Mais c’est la rentrée, deux des héroïnes se retrouvent pour leur premier jour et la cloche n’a pas encore retenti…j’ai hâte de lire le numéro suivant, où Vicky entrera en scène (en toute logique). Et vraisemblablement Mégane aussi ! Rien que l’idée m’électrise !

La suite au prochain épisode...



4009 (1 planche)

La chanson de la semaine : allez, écoutez-moi ça et vous l’aurez dans le crane jusqu’à la fin de la journée !Un, dos, un dos tres !

J’adore le chocolat, moi, c’est mon côté Mélanie. Mais cette fois, il y en tellement qui pleut sur nos héroïnes que j’ai soudain grande envie d’une piqûre d’insuline, alors que je ne suis pas diabétique. Et en plus, je parie que c’est même pas du vrai chocolat belge, mais une espèce de sous-qualité tout juste bonne pour les friandises de Saint-Nicolas ! Mais bon, c’est déjà un chouïa plus original que des fleurs. Ah, les fleurs, le cadeau nul par excellence (Vicky a tellement raison d’être blasée) et qui prouve qu’on ne sait rien de la personne à qui on l’offre. Franchement les mecs, faut gâter les filles avec des cadeaux personnalisés, ou alors avec quelque chose d’utile, genre un sabre-laser : pratique pour éloigner les blaireaux !

Mais en attendant, le Golden Trio est enfin reconstitué. Karine, après avoir été déclarée « pissante » par Jenny lors de la planche précédente (et je conseille d’ailleurs à notre rouquine de faire gaffe : la dernière fois qu’elle a mis les mots « Karine » et « pisser » dans la même phrase, c’était plutôt lamentable. t4 pl. 29 si vous ne vous en souvenez pas), se fait elle-même assaillir par des élèves intrigués par son été trop mortel. Et donc, Les Albinos sont passés sur le petit écran. Que voulez-vous, le Vinkopathe est tellement télégénique ! Vicky, comme d’habitude, accuse Karine de jouer les stars dès que celle-ci capte ne fusse qu’un peu d’attention. Mais elle n’aura même pas le temps de déployer sa jalousie car Jenny remet sur le tapis le fil rouge : chocolate (Chocolate ? Did you say chocolate ? Chocolaaaaaate !) en montrant une photo de la bedaine de son crétinosaure de Jean-Francky.

Jenny, Jenny, Jenny…Plutôt qu’une tablette, j’ai une autre préparation chocolatée à te présenter, qui te siérait d’avantage :

image
Mmmh…un garçon avec un bedon tout rond comme un p’tit Melo Cake, yummy-yummy, non ?

Elle ne s’arrête pas là, la cocotte, et nous déclare que les cerveaux c’est dégueu. Jenny, le Q sans le I, c’est vraiment ça !

Et avec ça, j’ai oublié de préciser que Karine était restée en arrière. Ce n’est donc pas aujourd’hui que nous la verrons confrontée à Mégane. Mégane, qui, dans un bel enchaînement, s’incruste et fait quasiment dire à Vicky qu’elle est la personne qui lui donne des palpitations. La réaction de cette dernière est sans appel : elle sort ses griffes et son spray anti-agression.

Se faire rejeter par sa belle n’a pas changé l’attitude de la punk princess, toujours aussi insolente, et pratiquant son sport préféré : le Vicky-trolling. Il est à noter que Jenny s’entend automatiquement avec la nouvelle-venue, mais comme souvent avec elle, on se demande si elle comprend vraiment ce qui se passe…tout porte à croire qu’elle va s’imaginer qu’il existe vraiment des conventions de Barbie.

Vicky devient progressivement rouge, au point qu’on se demande si sa tête ne va pas exploser (auquel cas nous constaterons qu’un cerveau, c’est effectivement pas très ragoûtant). Meg en rajoute une couche, et son attitude peut donner l’impression qu’elle fait du gringue à Jenny dans le but de faire bisquer son irascible chérie. Qui elle réplique en promettant un massacre général si se poursuit cette coalition pour la faire tourner en bourrique. Et Jenny compte jusqu'à huit cette fois!

À part ça, je suis déçue : on a vu plein de fois les valves d’affichage en arrière-plan, et pas une seule annonce schtarbée comme « Examen des seins gratuits », « Prout Thérapie » ou « Petite sœur à vendre » !



4010 (1 planche)[/url]

This is not enooouuugh !!! Pfiou, j’ai dû mal à croire que cette chanson a 13 ans !

Bon, cette semaine Les Nombrils, qu’est-ce que ça baragouine ? Des choses plutôt gaies ? Oh, pour ça, faut pas me prendre au mot, en fait Vicky râle sur Mégane, comme d’habitude, mais son attitude gênée laisse bien entrevoir la vraie nature de ses sentiments. Dans lesquels elle doit faire le tri..bah de quoi je me mêle ?

La punkette qui vient de faire connaissance avec Jenny (oui, je sais, « Jenny » et « connaissance » dans la même phrase ça sonne bizarre) quitte le duo de bimbos en adressant à l’exquise brune métissée une œillade de braise, genre : « Mon amour pour toi est si brûlant que d’un seul regard je peux ficher le feu à tes cheveux ! » Sa dulcinée grogne, bougonne, marmonne, papier carbone et cherche à emmener Jenny le plus loin possible de l’intriguant spécimen. Étonnamment, la rouquine semble avoir compris « comment » était Mégane ainsi que de quelle manière elle reluque sa pineco…mais pas ce que cela signifie on dirait. Elle a en tous cas l’air de croire que ça n’existe que dans les films étranges que ce pervers de David aime visionner pour combler ses soirées en solitaire. Aha ! Je le savais qu’il était porté là-dessus ce bougre-là ! Jenny est tellement innocente et candide que par moments je me demande si elle ne croit toujours pas à la cigogne qui apporte les bébés!

Vicky fait comme si elle…

image

Quoi ? Y’avait Spip dans le cartable du mec blond en case 4 !

Ahem…fin de l’interlude noisette. Donc, Jenny dit qu’elle ne connaît aucune fille comme ça…Hu hu ! Cet instant où toi lecteur tu te sens supérieur aux personnages parce que tu sais des choses qu'eux ne savent pas, hu hu ! Vicky continue à bouder, affichant cette expression qui donne l’impression qu’elle a un monosourcil. Bouderie qui se transforme en panique quand la joyeuse mongolita qui lui sert de besta se précipite recta pour poser la question à Mégane, en sautillant comme un chevreuil.

Vous avez ensuite, bien entendu, remarqué que les deux skaters qu’elles croisent en allant toilettes sont les deux mêmes gars que sur la toute première planche du tome 1, pas vrai ?

Et le mot en « L » a été largué ! Et c’est en fait « lèche-pianiste ». Ouais, mais enfin, je voudrais pas dire, mais le seul pianiste connu dans cette bédé, c’est un certain rouquin à veste verte, et tout porte à croire que lui les filles c’est pas son truc !

Une fois dans les pipi-rooms, Vicky reprend l’idée ô combien rétrograde que l’homosexualité est une maladie (prouvant ainsi la théorie comme quoi les homophobes sont des homosexuels refoulés) pour mieux leurrer Jenny. L’esprit scientifique très affûté de la rousse réclame alors une preuve de cette assertion.
Et là, c’est l’heure de la révélation…
Le meilleur couple de tous les temps. L’Amour Vrai, Beau, Fort, Juste et Unique, c’est…


Jenny/Jenny !



Mais j’aimerais faire remarquer qu’embrasser quelque chose qui se trouve dans des toilettes publiques, c’est beaucoup plus crade que d’embrasser une fille, hein ! Pauvre cloche.
Bon, que va-t-il se passer au prochain épisode...hum...Jenny est fichue de penser que Jean-Francky a attrapé le « lèche-pianiste » parce qu'il aime embrasser des filles. Troll logic.



J’ai le 4011, c’est le jour des…euh…bonzes ? Y’a rien d’autre qui rime avec « onze » !

Hey, c’était pas vrai que Dan n’apparaîtrait pas dans le tome 7 ! Dubuc, Delaf, vous êtes de trolls comme Steven Moffat !
Okay, je chipote sur des détails!

Une fois n’est pas coutume, au lieu de ma traditionnelle musique pour se mettre dans le mood, je propose plutôt de visionner le sketch qui semble avoir inspiré ce gag. Mais c’est quand même énorme, parce que c’est Jenny et que sa vie est un festival de loleries.

Après une rentrée des classes mouvementée où il a été question de se tenir éloignée de Mégane pour pas choper sa maladie qui fait lécher des pianos, la rouquemoute traverse la cour de récré avec son magnifique cartable rose pour regagner son home sweet home. Et là, elle se fait interpeller par une triade de personnages tertiaires sans nom et apparaissant de temps à autres au fil des tomes. Je les appelle « le club langues-de-vip ». L’existence de ces filles semble vouée aux commérages, surtout quand il s’agit de critiquer tout et n’importe quoi. Et n’importe qui. Elles s’en sont régulièrement prises à Jenny, Karine et Murphy (et je m’étonne que Vicky n’y ait pas encore eu droit…j’ai bien peur que ça soit pour bientôt d’ailleurs…). Notamment, elles sont connues pour avoir déclaré dans le tome 1 que porter du vert et du mauve était un motif valable pour une éviscération. Un comble quand on constate que l’une d’elles est fringuée comme Murphy au féminin.

Et, pour le plus grand malheur de Jenny, elles l’ont repérée en compagnie d’Hugo, et la charrient sur le sujet, en profitant au passage pour souligner son faible QI. Et là, on entend tout à coup des voix…

« Jenny….c’est le Tout-Puissant qui te parle…va bouter les Anglais hors d’Orléans ! »

Moi, la voix quand j’entends dans ma tête, c’est celle de Sandra Kim chantant le générique de Il était une fois la vie…, mais oui, vous savez, ce dessin animé éducatif sur le corps humain où les microbes ressemblent à Sarkozy d’après le JDG !
Nous sommes dans le cerveau de Jenny ! Elle en a un ! Et tout y est rose, même les phylactères ! Par contre, permettez-moi de dire que les petites créatures supposées incarner sa mémoire, ses émotions etc. sont vraiment moches. En même temps, elle nous avait bien prévenu, la courgeasse, deux planches plus tôt, qu’un cerveau c’était dégueulasse. Que nous ne l’eussions crue…
Le mystère que les bébêtes cherchent à résoudre porte sur un certain Todd Kuy, parent de Luc Kuy…Luc Kuy de la Pétoncle même, sans doute un de la haute ! Mémoire consulte alors cet ouvrage de référence qu’est le Vicktionnaire. Mais l’archive date un peu, il y a un couple périmé à l’arrière-plan. Or, je m’étonne que depuis tout ce temps personne d’autre n’ait mentionné devant Jenny l’un ou l’autre membre de la famille Kuy, vu que c’est un sujet très souvent commenté en sa présence.

NB : personnellement, j’aurais rajouté des détails saugrenus dans la séquence d’archives, histoire de souligner comme la mémoire peut déformer la réalité. Genre, faire porter un chapeau tricorne à Vicky et ajouter un toucan qui vole à l’arrière-plan. À moins que Jenny ne possède une mémoire eidétique (ce dont je doute), c’est vraiment trop précis.
Okay, je chipote encore !

La rouquine ne se laisse pas faire, et après mûre cogitation, elle sort au trio de langues-de-vip une belle répartie cinglante, qui malgré tout s’étale comme un flan au caramel jeté du trentième étage. Sa tentative échoue lamentablement et les trois garces la raillent de plus belle.
Mais point d’inquiétude, le clone de Chris Daryll arrive à la rescousse, son brushing digne de Justin Bieber dans le vent. Devant ce monument de beauté masculine (enfin, moi je le trouve pas très beau, mais je dois avoir des goûts zarbis vu que contrairement à Jenny, je craque sur les aliens), les trois nanas en restent babas, et dans la caboche de Jenny, c’est la victoire par écran interposé. Il ne manque plus qu’un jingle de circonstances, du style ça.

Le hic, c’est que la rousse en déduit que Jean-Francky est indispensable au bonheur et que ça c’est contraire à mes OTP une sacrée connerie. Mais rappelons-nous qu’elle change rapidement d’avis, la bougresse !

Quote    Reply   

#16 [url]

Mar 4 15 12:11 PM

Ça y est, le 4012 est entre mes petites mimines !


Bueno…Albinou-choupinet, que veux-tu comme musique de la semaine…Quoi ? Encore Mylène ? C’est vrai qu’elle a le chic pour chanter des textes morbides sur des mélodies enjouées. Mais je te préviens, tout son répertoire ne va pas y passer durant mes chroniques du tome 7…Bon, allez, rien que parce que c’est toi et que tu es complètement désenchanté. Plus rien n'a de sens, et plus rien ne va...

Tu tires une sacrée gueule, quand même.  Tes phylactères sont à nouveau blancs, c'est déjà ça, mais bon...Et malgré le fait que tu passes le plus clair de ton temps à pioncer, t’as quand même des cernes et les yeux rouges…enfin, encore plus rouges que d’habitude… Mais t’inquiètes, c’est pas ta faute. Homère écrivait : « L’excès de sommeil fatigue ». Au fait, je t’ai dit que tu restes bigrement sexy même en survêt’ ? En fait, tu me fais penser à John Simm dans The End of Time

Tu sors de l’hôpital mais vu ta tronche, on dirait plutôt que tu reviens d’une conférence d’Éric Zémmour à propos de son dernier torchon ! Bon, Vinko t’a fait une entaille dans les entrailles au niveau du nombril ? Ben et alors ? Tu n’auras pas de séquelle ? Ah oui, je comprends, moi aussi à ta place j’aurais voulu au moins avoir une cicatrice, ça fait aventurier. Et puis, tu peux continuer à déféquer normalement, et ça l’air de rien, c’est hyper-important. Tu n’imagines pas le nombre de tracas en moins qu’on a sur la conscience quand chaque étape digestive se déroule bien. D’ailleurs, détail marrant : il y a justement un mec qui s’apprête à marcher dans un porte-bonheur canin à ta gauche !

Puis, y’a Karine avec toi. Et elle essaye vraiment de te remonter le moral. Je constate tout de même que tu es toujours capable d’humour, même si c’est grinçant. Tu es tout cassé, mais elle va te réparer. Elle y parviendra. Comment je le sais ? Oh…eh bien, parce que, si elle échoue, c’est elle qui aura quelque chose de cassé, nyark !

Bon allez, reprends-toi m’fi ! Il faut retrouver la pêche pour affronter le nouveau producteur. Bien que je comprenne ta méfiance, moi aussi j’ai entendu dire qu’il trafiquait un commerce de masques chelou dans une horloge géante à Termina, cet affreux lutin-là.

Tu fais une vanne à propos d’un pont, alors que Vinkounet adorait les ponts ! En fait, c’est peut-être un peu de mauvais goût à la réflexion…Mais non, ne pas voir ce qu’il était vraiment ne fait pas de toi un abruti fini, ça fait de toi un humain, imparfait comme tous les autres ! Le simple fait que tu te remettes en question et que tu t’interroges sur qui tu es, si tes choix sont bons ou mauvais, tout cela prouve en réalité que toi, toi qui passe si souvent pour le grand méchant, toi qu’on considère comme tordu et malsain, tu es en fait un des personnages les plus sympas, courageux et honnêtes de toute la bédé. Bah quoi, c’était la journée des compliments dimanche dernier ! De nada, choupinet.

[sarcasme]

Quelle andouille, tu es vraiment devenu con en fait. Tu as perdu ton scanner digne de Sherlock qui te fait deviner tout. Non, mais tu te plantes complètement gaillard ! Tes amis ne t’aiment pas, personne ne t’aime. Et sûrement pas cette grande nouille qui n’en a rien à cirer de toi ! Personne ! Pas même le mec et la nana dans la voiture grise ! Nan, mais t’as tout faux, il ne se passe rien chez Gary, rien de rien de ralgamaziel (terrible insulte elfique…j’ai honte). Tu as atteint le niveau Jean-Francky là.
Sérieux, mec, tu ne mérites absolument pas ce gif
image

[/sarcasme]

Cette séquence était particulièrement ironique.
Bon après, je comprends, tu n’as pas tellement envie d’avaler des pizzas et de la bière avec des intestins encore un peu fragiles. Et tes amis auraient pu se renseigner pour savoir si tu n’étais pas coulrophobe ( toi tu sais sans doute ce que ça veut dire, mais au cas où Jenny lirait ce texte (hypothèse absurde s’il en est), la coulrophobie est la phobie des clowns (et non de ce qui est cool). C’est très sérieux, Johnny Depp en est atteint.). Peut-être aussi que tu n’as pas envie de sentir les dessous de bras de Gary…Et encore, je parie qu’ils avaient aussi prévu de te faire danser sur du Patrick Sébastien !

Mais vraiment, ne va pas te jeter sous un autobus, ce serait une perte capitale pour l’Humanité.
Et là, je jure qu’il y a aucun sarcasme et aucune ironie.
PS : je note qu’il y a beaucoup de gens qui fument dans cet album. Le Yellow Finger Club, hein ?

Last Edited By: Campanita Mar 12 15 2:08 AM. Edited 3 times.

Quote    Reply   

#18 [url]

Mar 11 15 3:29 AM

Pour sa seconde question, pour moi ça fait longtemps que ce n'est plus un mystère. Qu'il faille trouver un remplaçant était inévitablement pour ce tome, quant à l'identité du personnage, nous avons ici une théorie qui a bien des chances de se confirmer depuis que nous avons vu cette photo de Delaf au travail avec un certain dessin en arrière-plan.

Pour la première question en revanche, je suis un peu plus étonnée, car je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'un jour il ait un nom. Mais celui que nous lui donnons et que les auteurs ne peuvent employer à cause de cette histoire de droits n'est certainement pas son vrai nom, il doit l'avoir choisi, comme Albin. Du coup, c'est sans doute simplement son prénom de naissance qui va être donné dans le t7.

Une case que nous connaissions déjà mise en couleur:
image
.
M'enfin, Karine, qu'est-ce t'attends pour le sauver, remue-toi les miches, bon sang!

Je déduis tout de même que cette case fera partie du 4014 ou 4015

Quote    Reply   

#20 [url]

Mar 11 15 2:19 PM

Non, les abonnés n'ont pas reçu le 4018

C'est simplement que:
-le 4014 correspond à la 12ème page
- l'image où Albin fait sa mélodie est un extrait de la 16ème planche (cf interview du Spirou du 5 Novembre)
- 16 - 12 = 4 donc dans 4 numéros
- 4014 + 4 = 4018

La planche 16 sera dans le 4018

Quote    Reply   
Remove this ad
Add Reply

Quick Reply

bbcode help